Tout savoir sur l’architecture durable

La construction est sans doute l’un des facteurs les plus dévastateurs pour la planète. Malgré le fait que l’homme soit à l’origine de tout cela, il se rattrape en inventant des moyens de réduction de ces conséquences négatives. C’est le cas de l’architecture durable. Mais que se cache-t-il derrière ce concept qui nous paraît très abstrait ? Est-il réellement possible d’allier écologie et confort quotidien ?

Quel est le défi majeur de l’architecture durable ?

L’enjeu de taille de l’architecture durable réside dans l’alliance du design et de la protection de l’environnement. Les architectes ont la lourde tâche d’associer les aspects économiques, environnementaux et sociaux.

Dans ce souci de prise de conscience, des concepts tels que l’urbanisme durable, la smart energy ou le smart building ont fait leur entrée. On cherche à optimiser le rendement énergétique du bâtiment. Découvrez les 7 leviers de l’architecture durable.

La Smart Energy

La consommation de l’énergie et sa gestion sont les principales caractéristiques à prendre en considération lorsqu’on parle d’architecture écologique. Que ce soit pour une construction ou pour une rénovation, la production d’énergie et l’isolation thermique sont à envisager de manière primordiale.

La production d’énergie

On cherche de plus en plus à produire une énergie « verte ». Le bâtiment construit doit pouvoir réduire, de manière significative, ses besoins énergétiques. C’est pour quoi l’architecture durable a pour ambition de cibler un équilibre énergétique pour que la construction ait un bilan énergétique positif.

Afin d’y arriver, différents modes de construction sont envisageables. C’est le cas des panneaux photovoltaïques, des chauffe-eaux à énergie solaire, ou bien les éoliennes domestiques.

L’isolation thermique

Grâce à une isolation thermique performante, les bâtiments qui bénéficient d’une architecture durable ne se contentent pas seulement de produire de l’énergie uniquement pour leur fonctionnement. Ils réduisent les besoins d’énergie de manière générale.

C’est un excellent moyen de diminuer les pertes d’énergie, en réduisant les pertes de chaleur en saison hivernale et d’éviter les coups de chaud durant l’été. La température s’auto-régule. C’est dans le choix des matériaux que tout se joue.

L’orientation

La vision transversale que possède l’architecture durable permet de tenir compte du terrain et de ses spécificités. Il est donc plus facile de tirer les bénéfices afin de réduire considérablement la consommation d’énergie. Sont exposées Sud, les façades où se trouvent des fenêtres et des pièces qui ont besoin de lumière.

Aussi, pour maintenir un confort thermique optimal, différents éléments peuvent être déployés à l’instar du triple-vitrage, des brise-soleil, des volets, des éclairages via de la lumière naturelle.

Les dimensions

Dans l’architecture durable, la superficie des bâtiment est consciemment réduite. Grâce à des constructions plus petites et plus compactes, la quantité de matériaux est à la baisse. De plus, une fois à l’intérieur, les habitants vont constater une réduction de la consommation d’énergie, aussi bien pour se chauffer que pour éviter les températures trop importantes. Les petites structures limitent la perte calorifique.

La gestion des ressources et des déchets

Il n’y a pas que le gaspillage alimentaire qui génère des déchets. Ces derniers font également référence à l’énergie consommée. En choisissant une architecture durable, des systèmes de récupération d’eaux de pluie, de compostage ou bien des toilettes sèches peuvent être envisagés.

Le choix des matériaux

Une des étapes primordiales dans l’univers mystérieux de l’architecture durable reste le choix des matériaux. Grâce à un choix judicieux, on protège l’environnement et on réduit son impact sur la planète. On se penchera sur le bois, la pierre, ou encore le végétal.

En termes d’isolation, on optera pour la laine de verre ou la ouate de cellulose. Pour ce qui est des colles et des peintures, elles sont choisies pour leurs caractéristiques peu toxiques.

La végétation

Dans l’optique d’être proche de la nature, il y a une véritable recherche de verdure. Les plantes sont utilisées pour protéger les façades du soleil l’été mais aussi de se transformer en couverture pour l’hiver.

Le recyclage

Au lieu de construire du neuf et donc empiéter sur de la nature vierge, il est vivement recommandé de rénover l’ancien, déjà existant. Des économies importantes sont en perspective. En y intégrant des matériaux durables, des solutions d’isolations éthiques ou des systèmes de recyclage, l’ancien devient responsable.

L’architecture durable fait ses premiers pas timides mais prometteurs dans l’univers de la construction et de l’habitat. Elle réussit à maîtriser la consommation d’énergie et la protection de l’environnement. L’investissement de base peut être conséquent mais le projet sera très vite rentabilisé.

Laisser un commentaire