Tout savoir sur le pilier du développement durable social

La thématique du développement durable est assez large. Elle ne concerne pas uniquement l’environnement mais bien un ensemble de choses se constituant tout autour. La responsabilité sociale est une facette très importante du développement durable et il est nécessaire de la développer.

Quel est l’intérêt à intégrer la responsabilité sociale dans le développement durable ?

Le développement durable est un mode de développement répondant à des besoins d’une population présente. Mais il ne doit pas compromettre l’évolution et la capacité des générations futures à répondre à des besoins qui leur sont propres.

C’est pourquoi il faut prendre en compte de nombreux facteurs à l’image :

  • de la préservation de l’environnement,
  • du développement économique doté d’efficace et d’un côté responsable,
  • de la garantie en besoins essentiels des population en matières de logement, d’alimentation, de santé, en réduisant les inégalités entre les individus, dans le respect de leurs cultures : c’est le pilier social du développement durable.

Les différentes dimensions du développement durable social

La dimension long terme 

Les mutations engendrées doivent non seulement toucher le court terme mais aussi le long terme. Il est important de regarder aussi bien le revenus du travail fourni que les stocks qui sont disponibles. C’est pour cette raison que fixer des objectifs sur le long terme permet d’ajuster les stratégies et les trajectoires d’adaptation.

La dimension globale 

Elle concerne l’organisation cohérente entre les différentes régulations mondiales et ce à différents niveaux : régional, national et local. Les citoyens sont impliqués dans les politiques, et leurs avis sont pris en compte par les autorités.

Des changements doivent avoir lieu pour répondre aux attentes du développement durable. Il est primordial de changer la technique et l’organisation sociale. Pour cela, on change les valeurs et les visions de la société. La responsabilité collective et sociale se fait au niveau individuel.

Il y a donc deux facteurs dans la dimensions sociale : une individuelle et une collective.

La dimension individuelle

La dimension individuelle se compose de plusieurs critères :

les politiques environnementales. Elles ne doivent pas avoir de conséquences discriminantes sur le plan social et accentuer les inégalités,
les inégalités écologiques, en plus des inégalités sociales, doivent connaître des solutions spécifiques. Au centre de ces inégalités on retrouve la pollution mais aussi l’accès aux aménagements environnementaux et aux différents services écologiques.

Cependant, quel que soit le niveau de vie en matière d’économie, l’empreinte écologique par individu aurait vocation à converger. C’est pour quoi, les actions menées par les services publics environnementaux des pays doivent être réparties équitablement.

La dimension collective

Mettre la société en lien avec le changement écologique, voici l’un des fondamentaux du développement durable social. 3 catégories de parties prenantes sont réunies grâce au Grenelle de l’environnement, afin de discuter ensemble d’un consensus commun. Sont représentées :

  • la communauté scientifique représentées par quelques organismes de recherche publique. Elle a le pouvir d’apporter son expertise et ses connaissances scientifiques.
  • la dimension sociale supportée par les syndicats
  • la dimension internationale : pour un rayonnement mondial et non uniquement européen.

L’innovation participative

Elle représente la dimension sociale dans ce changement de cap et de réflexion. Elle crée des processus d’innovation afin de concevoir des technologies répondant à des besoins spécifiques. Elle s’inscrit donc dans une logique de changement des modes de consommation et de production. Si l’innovation se met à ignorer les mécanismes sociaux et collectifs, l’inefficacité pointe considérablement le bout de son nez.

La responsabilité sociétale 

Il s’agit tout bonnement de la contribution des entreprises au développement durable dans sa dimension sociale. La législation se perd dans des sociétés de plus en plus complexes. En effet, il n’y a aucun moyen d’imposer à un pays des règles qu’il n’aurait pas envie d’adopter de manière volontaire.

La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est un excellent moyen d’associer développement durable et normes internationales de comportement. Cela peut être efficace afin de minimiser les stratégies de différenciations conçues sur l’exploitation de la main d’œuvre et des ressources naturelles. C’est aussi un levier de dialogue social entre les organisations, de mobilisation positive dans le changement durable et des mutations en cours de réalisation.

Laisser un commentaire