Habitat passif : tout savoir sur la maison passive

Pour contrôler et optimiser sa consommation d’énergie, rien de mieux qu’une maison passive. Né en Allemagne, l’habitat passif est un concept qui date des années 90. Cependant, en France, il ne se développe que depuis quelques années. Elle permet d’associer les économies d’énergie à un confort optimal. Oui, on ne vous le cache pas sa construction est beaucoup plus chère qu’une maison traditionnelle mais de nombreuses aides financières existent. 

Les caractéristiques de l’habitat passif

En France, aucune règle n’est établie en ce qui concerne les maisons passives. Pour se donner une idée des caractéristiques, nous pouvons prendre le modèle allemand, appelé “Passivhauss”. A savoir :

  • Les besoins énergétiques annuels, par rapport au chauffage, ne doivent pas dépasser les 15 kWh par m².
  • L’énergie primaire doit être inférieure à 120 kWh par m² sur l’année. Cela représente l’ensemble des besoins : du chauffage à l’éclairage en passant par l’eau chaude et le système de refroidissement. 

Pour réussir à rentrer dans ces clous, la maison passive doit se vêtir d’une architecture bioclimatique. Il faut prendre en considération l’environnement existant à savoir le terrain et sa nature, l’orientation, la végétation… . Mais aussi les pratiques des habitants de la maison. Quatre objectifs principaux sont à mettre en place :

  1. Les fenêtres et les portes d’entrée : le triple vitrage est le matériau de prédilection. Si le terrain s’y prête, il peut être intéressant d’installer une pergola bioclimatique.
  2. L’énergie : l’isolation est la clé. Une isolation optimale combinée à des panneaux solaires est la meilleure des solutions pour conserver l’énergie. La maison est à la fois un capteur et un accumulateur d’énergie solaire. 
  3. L’étanchéité : pour être efficace, la qualité de l’isolation thermique compte énormément. Petite astuce : le toit végétalisé est parfait. 
  4. La ventilation : pour un air sain qui se renouvelle sans perdre la chaleur ou la fraîcheur d’une maison, choisissez la ventilation mécanique contrôlée double flux ou certaines techniques de géothermie

Les avantages de l’habitat passif

Un habitat passif se veut écologique mais aussi confortable. Il en découle de nombreux avantages et opportunités comme :

  • la réduction de la consommation énergétique : la maison passive n’a besoin que de peu d’énergie. Les factures diminuent donc fortement. 
  • le respect de l’environnement : puisqu’elle n’a pas énormément besoin de chauffage, la maison passive n’utilise que très peu d’énergie fossile et dégage du dioxyde de carbone en quantité moindre.
  • le confort : l’étanchéité et l’isolation qu’un logement passif possède permettent un réel confort thermique pour les habitants. La température intérieure est unique pour l’ensemble des pièces.
  • la protection contre le gel : de part son isolation optimale, les canalisation sont protégées des explosions dues au gel. 

Les inconvénients de l’habitat passif

Malgré toutes les qualités de l’habitat passif, des points faibles sont à prendre en compte :

  • le coût : il est supérieur de 15 à 25% par rapport à un projet traditionnel
  • la technicité : les méthodes utilisées pour isoler et ventiler sont très spécifiques et il n’existe pas encore beaucoup de professionnels réputés dans ce domaine.
  • le problème de la ville : pas facile, en zone urbaine, de trouver des terrains répondant aux exigences de l’habitat passif. 

Des aides financières possibles

Tout le monde sera d’accord pour vous dire que le plus gros point noir réside dans le coût de ces travaux. Avant de se lancer, il faut être conscient qu’une maison passive revient entre 15 et 25% plus chère qu’une maison classique. 

Pour vous donner une idée, le prix au mètre carré oscille entre 1 500 et 2 000 euros. Pourquoi ? Car il y a obligatoirement une étude thermique qui doit être faite. Ensuite, l’isolation est très spécifique, avec des menuiseries passives comprenant du triple vitrage, une VMC double flux, un toit végétalisé, une pergola bioclimatique… Tous ces équipements coûtent relativement cher. 

Mais en contrepartie de ces efforts, la maison passive réduit considérablement les coûts de fonctionnement et de chauffage. De plus, des aides financières peuvent être accordées sous certaines conditions. C’est le cas de :

  • Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique si vous êtes sur un projet de rénovation
  • Eco prêt à taux 0
  • Aides de l’Agence Nationale de l’Habitat (l’ANAH)
  • Prime Quelleenergie
  • les collectivités locales peuvent également apporter des subventions

N’hésitez pas à vous renseigner auprès de professionnels et d’organismes agréés. Un habitat passif s’avère très rentable aussi bien pour vous que pour l’environnement. Les bâtiments passifs et les maisons passives à énergies positives feront, espérons-le, bientôt partie du paysage urbain. 

Laisser un commentaire